Str & Pericou

Pour nous suivre dans nos aventures...

15 décembre 2010

Latitude 65°10’S, ANTARCTIQUE

Samedi 6 novembre, l’heure est venue d’embarquer sur le M/S EXPEDITION qui nous conduira tout droit en Antarctique.

Nous attendons cela depuis 1 semaine, tournant plus ou moins en rond dans Ushuaia et ses alentours.

Nous avions laissé tomber les Galapagos il y a quelques mois. Après de terribles hésitations, nous nous offrons maintenant l’ANTARCTIQUE !!!!!!!  Nous avions l’idée en tête depuis le jour où nous avions rencontré cet Hollandais au Venezuela qui nous apprenait que le 7ème des continents n’était pas inaccessible. Le prix annoncé ne nous laissait guère peu d’espoir, mais nous faisons quand même le tour des agences à Ushuaia pour dégoter ces fameux tarifs dernières minutes. Nous trouvons des compagnies qui affichent de 30 à 40% de réduction rendant le rêve possible. Bien sur cela représente beaucoup d’argent, surtout pour nous (l’équivalent de 6 mois de voyage ) mais si on ne le fait pas maintenant, nous n’irons surement JAMAIS en Antarctique : d’années en années les prix ne font qu’augmenter et les billets d’avion France-Ushuaia feraient exploser le budget. Certains que nous ne regretterons pas notre choix- qui pourrait être déçus par l’Antarctique ?- nous signons avec l’agence Compania de los Guias sur la rue principale, non sans avoir négocié encore un peu le tarif.

Le départ est prévu dans une semaine sur un bateau canadien, le 2ème de la saison à prendre la mer, qui nous embarquera pour 12 jours aux côtés de 118 autres passagers. Pour ainsi dire un bateau de taille raisonnable qui nous permettra deux débarquements sur les terres Antarctique par jour. Voila, la grande différence avec ces bateaux de croisières monstrueux (qui comptent des milliers de passagers et qui seront interdits en Antarctique dès 2012) qui offrent des meilleurs tarifs. Mais à quoi bon si c’est pour voir tout de loin sans fouler le sol.

A 16h, nous quittons la terre ferme et découvrons tout excités le bateau : bar, pont, salle de sport, sauna, bibliothèque avec la collection entière des Lonely Planet et bien sur, la cabine. Très bonne surprise : nous sommes finalement dans la même cabine. Nous avions opté pour des cabines séparées quand l’agence nous avait demandé 1000$ de plus pour être ensemble !

8Une fois installés et après une collation de roi, nous avons droit au processus d’évacuation du bateau en cas de naufrage. Gilet de sauvetage, combinaison thermique et canaux de sauvetage dignes d’un film de science fiction, nous sommes parés pour le pire. En espérant juste que cette fois ci, les moteurs des canaux fonctionnent, contrairement à quelques années auparavant quand ce même bateau à toucher le fond !!! Mais entre temps, le bateau a été rénové et a changé de capitaine et d’équipage.

Alors que nous passons le diner en tête à tête dans un luxe auquel nous ne sommes pas habitués, le bateau quitte tranquillement le port d’Ushuaia. Entrée, soupe, plat et dessert, le tout avec du choix, nous ne nous attendions pas à autant.

Mais la route est longue jusqu’en Antarctique. Il faut en général 2 jours pour traverser le Drake Passage, en pleine mer où nous ne faisons pas les fiers contraints de déserter la salle à manger tellement nous sommes malades. Les pastilles contre le mal de mer jouent leur rôle mais nous assomment aussi au passage, nous décollons à peine du lit, le temps de suivre une ou deux conférences.

3Mais nous avons beaucoup de chance, après un jour et demi, nous avons notre 1ere sortie en zodiac qui nous amènera sur une ile d’Antarctique.

16

26

Tout le monde trépigne d’impatience et personne ne se fait prier quand il faut descendre dans les vestiaires enfiler bottes en caoutchouc, imper, bonnet et pantalon étanche.  Tout est extrêmement bien organisé : faire débarquer 120 passagers à coup de 10 par zodiac peut sembler long et pénible. Pas du tout. Tout se passe dans la plus grande fluidité sans attente.

Chaque sortie sera une réelle partie de plaisir. Tout le monde en redemande et peu restent sur le bateau.

D’abord, la faune extraordinaire et omniprésente que nous pouvons approcher de près. Rencontre avec des colonies de pingouins (par centaines, d’espèces différentes tout au long du séjour),

1

23

28

4

24

des phoques qu’on a du mal à différencier,

2

22

33

quelques baleines depuis le pont et bien sur des milliers d’oiseaux marins.

29

21

7

5

Ensuite des paysages à couper le souffle : glaciers gigantesques,

27

icebergs colossaux,

30

17

18

15

et puis de la neige toujours de la neige en ce début de printemps.

11

12

13

Toujours plus de paysages hallucinants…

20

14

25

32

Je ne vais pas vous décrire les journées une par une. Mais le temps passe vite. Quand nous ne sommes pas en train d’« explorer », c’est que nous sommes en train de bouffer (on repart avec 10kg en plus chacun, forcément avec tout à volonté. Pierrick se gave de magret, confit et bœuf, tandis que je ne sais plus où donner de la tête entre la sole, la daurade, l e saumon, les langoustines… ) ou en train de suivre les nombreuses conférences pour en apprendre toujours plus sur ce continent.

Encore une fois, nous avons été assez chanceux au niveau de la météo : une seule journée de tempête sous la neige qui ne nous a permis aucune sortie. Sinon, une sortie le matin et une autre l’après midi pour les autres jours.

Des moments inoubliables comme celui où Pierrick se jette dans l’Antarctique pour un petit bain ou encore des couchers de soleil sur le pont au milieu des icebergs.

Quelques émotions en zodiac quand la mer se déchaine et le vent fouette, ou encore quand 2 membres de l’équipage tombent à la mer depuis le zodiac en voulant tester les conditions pour nous faire débarquer. 8min dans ces eaux glaciales le temps de les repêcher, ils n’avaient pas l’air en forme…

La visite de la poste la plus au sud du monde, la traversée du Canal Beagle, le passage du Cap Horn, le 1er pied sur le continent Antarctique (et non une de ses iles), le moment où on atteint la latitude 65°10’S… Nous avons toujours du mal à croire que nous y étions.

Malheureusement, 12 jours ce n’est pas suffisant pour couper le cercle Antarctique. Dommage d’un cercle polaire à un autre, cela aurait pu faire un bon titre à notre aventure.

Non, bien sur aucun regret ! Nous n’oublierons rien de chaque instant passé là bas. Tout est si pur, si vierge, si parfait et surtout IRREEL ! Parait qu’une fois qu’on y est allé on est obligé d’y retourner…

Les quelques photos chargées ne sont qu’un tout petit aperçu. Plus que jamais les images remplacent les mots. Alors j’ai crée spécialement sur Picasa un album de nos meilleurs photos intitulé « Best Of ANTARCTIQUE » qui inclut aussi certaines d’autres passagers. Sinon, comme d’habitude, le reste des photos jour par jour.

31

19

10

6

9

Posté par Esther_Pierrick à 17:21 - 23. Antarctique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

Poster un commentaire