Str & Pericou

Pour nous suivre dans nos aventures...

25 mars 2011

Brasiiiiiiiiiil ! Com ou sem chumbo ?

Traduction : Brésil, avec ou sans plomb ?

Nous en rêvions. Nous y sommes ! Enfin tout juste juste, et surtout nous ne savons pas si nous allons pouvoir aller bien loin.

Comme tous les voyageurs, une fois qu’on a vu les chutes d’Iguazu du côté argentin, on ne peut s’empêcher  de passer la frontière pour aller vérifier qu’elles sont aussi belles au Brésil. Sauf que pour nous, le Brésil ne se limitera pas à Iguazu et à Rio. Le Brésil, c’est un peu le début d’une nouvelle ère, mais aussi notre dernière grande étape sud américaine.

Néanmoins, quelques incertitudes telles que le sens dans lequel nous allons tourner, les distances colossales, le prix monumental de l’essence, l’insécurité et surtout cette maudite question de l’essence AVEC ou SANS plomb nous mettent des bâtons dans les roues.

Top_Iguazu__18_Nous pensions avoir élucidé favorablement le mystère mais le gars de la douane à la frontière (qui nous fait attendre plus de 30 min- heureusement, qu’on a vidéo gag version brésilienne pour patienter), nous assomme par son verdict tranchant : toute l’essence contient du plomb au Brésil. Pour lui, il n’y a aucun espoir. Une nouvelle fois, nous voyons nos beaux projets brésiliens tomber à l’eau. On est dégouttés. Rien à faire pour ce soir, il est 21h, on s’apprête à passer une longue et mauvaise nuit. Il nous reste tout fois à trouver un endroit sécuritaire où dormir. Tout le monde a sa petite histoire bien flippante en ce qui concerne l’insécurité ici. On ne veut prendre aucun risque et on finit donc sur un parking proche de la frontière.

Le lendemain, impossible d’aller aux chutes sans savoir, si oui ou non nous allons pouvoir visiter le Brésil. Alors on fait la tournée des stations services et des garagistes pour sonder les gars et leur demander si OUI ou NON on peut trouver de l’essence sans plomb au Brésil ??? Fini de tergiverser, il nous faut une réponse claire. Cela nous semble inconcevable qu’il n’y ait pas d’essence sans plomb, mais bon. Le verdict tombe. Tous sont unanimes et nous assurent que non, l’essence au Brésil ne contient pas de plomb.

Advienne que pourra, il est 10h (ou peut être 9, on ne sait toujours pas si y’a un décalage horaire) en ce vendredi 17 janvier et nous sommes plus que décidés à visiter ce grand pays ! Nous avons 3 mois sur notre passeport rien ne pourra plus nous arrêter ! 

A 11h, nous sommes sur les passerelles brésiliennes des chutes et notre bonne humeur est de retour. Les chutes sont tout aussi spectaculaires d’ici, impossible de faire un choix entre les 2 pays bien que le côté brésilien se visite plus rapidement.

Top_Iguazu__19_

Top_Iguazu__20_

Top_Iguazu__21_

Top_Iguazu__22_

Top_Iguazu__23_

Top_Iguazu__24_

Top_Iguazu__25_

Top_Iguazu__26_

« Chumbo », voila sans doute notre 1er mot de vocabulaire portugais, c’est bien mais pas suffisant. On comprend tout à ce qu’il y a d’écrit mais pas un traitre mot de ce qu’on nous raconte.  Supermarché, distributeur, garagiste, centre d’infos, police, toutes ces banalités de notre quotidien s’avèrent bien plus délicates quand on ne maitrise pas la langue, (on commence à comprendre la galère de ceux qui voyagent des mois en Amérique latine sans faire l’effort d’apprendre l’espagnol), ou plutôt quand on croit parler portugais et quand nos interlocuteurs croient parler espagnol. Un dialogue de sourd !

Sous une chaleur écrasante, on parvient quand même à se faire comprendre et à changer nos pauvres plaquettes de freins. Avec nos nouvelles plaquettes, on roule et on ne perd pas de temps. Le Brésil est grand et notre prochaine destination pas toute proche. Nous traversons des régions agricoles où les champs d’herbes à maté s’étendent à l’infini. Nous avons bien du mal à trouver nos marques dans ce nouveau pays (cela fait des mois que nous sommes habitués à l’Argentine et au Chili). Tout nous parait si différent : la langue, les gens, la circulation (conduite plus que sportive, ce n’est pas un mythe, les Brésiliens aiment vraiment la vitesse).  Au milieu, quelques Paraguayens qui s’aventurent jusqu’ici et surtout des manguiers à profusion qui vont faire notre bonheur pendant des semaines.

Pour notre 1ère vraie nuit au Brésil, nous ne dérogeons pas à la règle et optons pour l’un des immenses et nombreux postos (station service) qui bordent les routes nationales. Le lendemain 700 km nous attendent pour rejoindre Bonito, LE point d’intêret de la région à ne pas louper. Un méga pique nique à base de mangue et d’avocat, une douche bien fraiche dans un posto en route et nous nous arrêtons un peu avant Bonito dans une autre station. Sécurité, toilettes et douches, on avait tout pour passer une bonne nuit, mais c’était sans compter sur les ronflements des camionneurs qui suspendent leur hamac juste à côté de Venturette. Eux, au moins ils sont au frais.

A Bonito, ville hyper touristique nous organisons notre excursion pour aller explorer les magnifiques rivières d’eaux cristallines. Mais ce n’est pas pour aujourd’hui, il pleut des cordes. On tue le temps comme on peut alors et en profitons pour changer notre liquide de frein cette fois ci. Les gars très sympathiques nous offrent même des petits fruits exotiques, appelés péqui dont nous avons bien du mal à savoir comment consommer.

Une nouvelle nuit dans le posto de la ville. On commence à ne plus pouvoir se passer de notre douche quotinienne.

Top_Bonito__11_ Jeudi 20 janvier, le ciel n’est pas vraiment découvert, mais notre sortie pour le Rio de la Prata tient toujours.

 

 

1h de route sur une superbe piste au milieu des vaches indiennes

Top_Ouest

Top_Ouest__1_

et nous sommes prêts pour enfiler combinaison, masques et tubas. Et oui, c’est sous l’eau que tout va se passer. Ces rivières hébergent des dizaines et des dizaines d’espèces de poissons. Pendant une heure avec notre guide nous allons descendre la rivière en compagnie des poissons sous une averse du tonnerre. Enfin, sous l’eau on s’en fiche un peu.

Top_Bonito

Top_Bonito__1_ 

Top_Bonito__6_

Top_Bonito__7_

Nous reprenons des forces au buffet qui nous fera déjà tester quelques spécialités gastronomiques comme la farofa, farine de manioc, ainsi que le traditionnel riz+haricot rouge. En dessert, nous nous laissons à aller à quelques douceurs comme le Dulce de Leite (confiture de lait), des compotes citrouilles coco…

Le jour qui suit sera de nouveau un jour de route au milieu d’innombrables camions, à éviter les très dangereux trous béants sur la chaussée et les déraisonnables dos d’âne qui s’enchainent les uns après les autres. Au milieu de tout ce cafouillis, on arrive quand même à apercevoir un magnifique toucan et des couples de aras inséparables plus beaux (et bleus, bien que Pierrick lui les voit rouges…) que jamais. Nous nous arrêtons à Cuiaba à une cinquantaine kilomètres de la Tranpantaneira, notre nouveau défi.

Top_Ouest__5_La traversée du Pantanal (plus grand marécage au monde) en pleine saison des pluies, voila de quoi donner du fil à retordre à Venturette. Vous pouvez nous croire, le Sud Lipez Bolivien à coté ce n’est rien…

Devant le peu d’informations que nous arrivons à obtenir  à Poconé, nous nous lançons dans cette nouvelle aventure au petit bonheur la chance. Cela fait 3 jours (même bien plus) qu’il pleut à n’en plus finir, mais aujourd’hui le ciel est clair (enfin pour la région). C’est maintenant ou jamais ! Très vite nous allons être mis au parfum. La route ou plutôt la piste n’est pas vraiment entretenue et nous alternons entre tôle ondulée, flaque et « gruyère ». Mais nous n’avons encore rien vu… Nous n’en sommes qu’à notre première vingtaine de kilomètres (il nous en reste 100 !!!) et les choses se corsent. Les averses à répétition des jours précédents ont transformé la piste en champs de bataille. Ça gicle, ça dérape, ça s’enfonce !!! Désolée, mais quelle MERDE ! On n’est vraiment plus certain de pouvoir y arriver ni de le vouloir. Nous passons des sections catastrophiques en serrant les fesses et en pouffant de soulagement quand on la voit dans le rétro. Mais pas le temps de souffler, la suivante arrive. Nous avons de réelles sueurs froides. Nous craignons non seulement de nous enliser dans cette boue mais aussi de perdre le contrôle de la voiture et de finir dans les marécages avec les caïmans. Les caïmans, oui, c’est pour eux et pour tous les autres animaux que nous sommes là.  Les caïmans seront les 1ers au rdv, immanquables à se dorer au beau milieu de la piste. Pierrick les confond même avec des pneus éclatés.  Je tente une sortie (soit disant qu’ils sont inoffensifs et très lents sur la terre) pour immortaliser ces moments, mais à peine je fais 5 mètres que Pierrick me hurle de rentrer dans la voiture : ils sont en train de bouger vite, très vite et de se battre.

Top_Ouest__4_

Les capybaras, plus gros rongeurs au monde déjà rencontrés en Argentine, sont les autres stars du Pantanal.

Top_Ouest__12_

 A cela nous ajouterons, un superbe couple de Hyacinthe,

Top_Ouest__8_

Top_Ouest__9_

 des aras rouges, toucans, perruches vertes,

Top_Ouest__2_

Top_Ouest__29_

 lézards vert fluo, iguanes, daims et des tapées d’autres oiseaux, comme des hérons, blancs, noirs, gris,

Top_Ouest__20_ 

aigrettes, rapaces, ainsi que les très impressionnant yabirus.

Top_Ouest__3_

On reprend notre tapis de gadoue, et tachons de bien viser pour monter sur les 125 ponts qui jalonnent le circuit. 125 ca fait beaucoup mais ca nous évite quelques bains dans les ruisseaux.

Top_Ouest__11_

Le parcours du combattant continue. La voiture est dans un état lamentable, mais toujours sur ces 4 roues !

Top_Ouest__17_

Nous croisons un pick up que nous ne manquons pas de questionner sur la suite. Il nous annonce que ca va vraiment être difficile (sans blague ? ca l’est déjà pour nous !). Toujours plus de passages quasiment infranchissables, deux autres voitures non 4*4 ont du renoncer. On redouble donc de précautions et de motivation, et contre toute attente, nous allons parvenir à nos fins et en voir le bout sans même remarquer les passages dont il nous parlait.

Top_Ouest__16_ A la fin, pas grand-chose de plus que tout au long de la route. Un gérant de pousada exécrable qui nous renvoie au tout départ en prétextant un déluge. Mais bon, on s’en fiche ! Nous avons fait le Pantanal, tout seul comme des grands ! Youpi !

Reste plus qu’à se farcir le chemin retour. Totalement tétanisés par l’idée d’une nouvelle averse qui, pour la peine rendrait la piste définitivement impracticable, nous repartons dans la foulée. Il nous a quand même fallu plus de 4h de conduite et de copilotage plus que sportif pour faire l’aller, autant dire que nous sommes vannés.

Heureusement, nous allons être agréablement surpris : en une heure, les quelques rayons de soleil et l’absence de pluie, ont fait séchée la route considérablement. Ça dérape toujours, mais rien à voir. Ces quelques photos prises sur le retour témoignent de l’état de la piste. Imaginez à l’aller !

Top_Ouest__21_

Top_Ouest__22_

Plus on avance plus le ciel se dégage et plus on peut s’émerveiller face aux paysages que nous traversons.

Des nids de thermites géants

Top_Ouest__30_

Mais surtout des paysages qui nous évoque un peu l’Afrique, du moins ce que nous nous en imaginons.

Top_Ouest__7_

Top_Ouest__24_

Top_Ouest__26_

Top_Ouest__28_

Top_Ouest__25_ Nous profitons quand même du cadre grâce à une pause où Pierrick décide sur un coup de tête de se débarrasser de celle qui le suit depuis plus d’1 an (nan nan pas moi…), mais sa proéminente barbe ! ET oui, on l’avait dit que le Brésil serait la fin d’une ère. Adieu Jesus, le Che, Castro ou Ben Laden, et autres surnoms affectifs donnés par les locaux.

Les moustiques nous rendent la vie impossible (nous n’en avons jamais vu autant), nous reprenons le volant et terminons cette folle journée  et cette longue route de nuit en prenant garde de ne pas écraser les bébés caimans qui défilent sous nos roues.

Cette nuit là dans notre nouveau posto, nous nous endormons épuisés mais plus heureux que jamais.

 Iguazu, Bonito et le Pantanal : 3 gros incontournables brésiliens, opération réussie ! On a hate de voir la suite…

Top_Ouest__31_

Posté par Esther_Pierrick à 10:51 - 24. Brésil - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

Poster un commentaire